retour au cr

Subject: Ich bin ein Loïc B.
Date: 07/09/2000
Author: Bria

Je ne déroge pas ici à un maximum de règles et d’usages du bon comportement socio-usenetien (dont, mention du nom d’une personne physique dans le titre, utilisation d’une langue non spécifiée dans la charte et irrespect à l’encontre d’un personnage historique aimé de tous) dans le seul but de marquer mon retour et me faire remarquer une fois de plus. Non, je fais ça aussi par jalousie à l’encontre de Rachel dont au sujet de laquelle à côté je me sens pâlir.

C’est donc dans un élan de réconciliation globale que je soutiens que oui, nous sommes tous des Loïc B. Tous et toutes, à un degré plus ou moindre, cachons, caparaçonnés sous nos lourdes carapaces, un coeur de petit faon qui va se perdre dans la forêt et ne retrouver sa tribu qu’à la fin de l’épisode après avoir traversé maint périls.

Rappel liminaire : Il y a de cela quatre ans, la communauté weuweuweu découvrait le Syndrome de la Surfeuse. L’humanité faisait un pas en avant, les esprits s’ouvraient, les cœurs fleurissaient et le monde dans son ensemble devenait un peu meilleur. Il fallut attendre trois longues années pour qu’enfin, les tréfonds de l’âme humaine soient sondés et qu’émerge ce magnifique principe dit de la Double Pause. L’âge d’or paraissait enfin accessible à tous. Pourtant, six mois plus tard, Fatima révélait son troisième secret : le théorème du Pygmalion Trahi. Comme personne n’écoutait cette sainte femme sous prétexte qu’elle ne s’appelait pas vraiment Fatima et qu’elle avait un fort accent anglais, l’homme se vit refuser l’accès au royaume céleste. Dépitée, l’humanité se renfrogna et bouddha les cieux. Puisque la foi ne la sauverait pas, elle trouverait le salut dans la science. Presque un an s’écoula avant que le génome humain ne soit décodé. La planète entière retint son souffle à cet instant.

Le lemme de la Scission Accidentelle du Groupe d’Amibes. (SAGA)

Comme son nom l’indique parfaitement, il s’agit d’un schisme spatio-temporel apparaissant à l’intérieur d’un groupe de personnes liées. Précisons que l’éloignement n’est que physique dans un univers quadri-dimensionnel tant il est vrai qu’il en est des liens affectifs et de la distance comme des feux et des tempêtes, balayant les petits et ravivant les grands. J’espère que vous suivez bien et que mon verbe est limpide comme une larme de bourbon.

Les prérequis. Quelles sont les conditions d’une Saga ? Quels ingrédients, en quelles quantités, pour faire une bonne Saga pour 20 personnes ? 1) Un groupe de personne.
2) Une bonne ambiance inhomogènes.
3) Un déplacement global et arbitraire.
4) Des vitesses hétérogènes.
5) Des informations contradictoires et une incommunicabilité chronique.
6) Une pause.
7) Deux centres d’intérêt immédiat distincts.
8) Un choix malheureux.
9) Des impératifs horaires.
10) Des instincts espèciques dignes des saumons ou de tortues de mer.

Prenez le groupe. Faites-le se déplacer en masse vers un point spécifié grâce au 3. Du fait des prérequis 2 et 4, un ou plusieurs sous groupes se forment. A cette instant, mélangez rapidement le 6 et le 7 au reste de la préparation. La Saga est lancée, il faut faire vite si l’on veut que le reste s’enchaîne en souplesse. Versez parcimonieusement tout le 5 sans jamais brouiller le reste, quand la préparation vient à s’éclaircir, rajoutez en vitesse un 8. C’est le coeur de la Saga. Ce qui fera que vos amis pourront discuter pendant des heures de la légitimité de votre Saga bien après qu’elle fut consommée et appréciée. Il faut maintenant finir votre oeuvre. La fin est primordiale. Si parfaite qu’ait été votre exécution, si la cuisson ne se fait pas, pas de Saga. Il vous reste à utiliser 9 et 10. C’est la réunion du groupe par ‘un heureux concours de circonstance’.

Vous l’aurez compris, c’est le hasard qui distingue la vrai Saga de la banale échappée. Il est inconcevable de planifier une Saga sans prendre en compte la part du destin. C’est ce qui donne son caractère accidentel et le miracle des retrouvailles. Par ailleurs, la bonne humeur est essentielle. C’est elle qui va provoquer la rupture initiale et en diminuer la gravité, ramener les agneaux au bercail et atténuer le courroux de la bergère. Comme le disait Sophocle : Il y a plus de joie pour une brebis retrouvée que pour cent qui n’ont pas quitté le troupeau.

Ceci conclu mon témoignage sur cette merveille qu’est le lemme de la Scission Accidentelle du Groupe d’Amibes.

haut de la page
retour au cr