retour au compte-rendu

Que pasa por la calle?

Le Mon, 27 Mar 2000 00:50:50 GMT, dans fr.rec.sport.roller heroine <heroinedor@my-deja.com> nous informa:

Ola muchachos,
Salut les afreusseux,
Salut à toi Ralieriste,
Salut à vous futures rollers ralier(*),

Je vous écris de ce beau pays qu'est l'Espagne où j'ai élu domicile, blotti dans les bras langoureux de l'andalouse Séville. Mais foin de déblatérages inutiles, passons tout de suite à l'essentiel de mon message: le classique compte-rendu.

CR del primer paseo en patìn por la ciudad de Sevilla. D'abord, situons l'ambiance: podium Coca-Cola, 100 vélos (!!), 50 rollers dont 80 % de prépubères (ceux qui n'ont pas de poils sur les roues), un animateur qui gueule dans le micro que c'est grâce à la "Caja de mis huevos" que ce fantastique parcours va avoir lieu. Heureusement pour lui, Coca et les organisateurs m'avaient offert un BÔ T-Shirt blanc et un coca gratis, puis parqué entre des barrières pour m'empêcher de m'enfuir en courant ou de lui envoyer une de mes platines auto-self-détachables dans les huevos en question (oups, pardonnez moi elle m'a échappée!).

Le début était donc plutôt mitigé. Mais je prenais mon mal en patience en me disant que l'essentiel c'était de rouler et que, même si ça sentait l'arrivisme à tout casser, c'était déjà bien d'avoir réussi à organiser un truc aussi gros lorsque le roller est censé être interdit en ville (si je vous le jure!). Mais, bordel pourquoi y a-t-il autant de vélos! C'est bien indiqué "paseo en patin" sur le prospectus? Il y a un truc que je pige pas. J'en profitais aussi pour jeter un coup d'il à l'organisation. Impeccable: tous vêtus d'un jaune pétant, visible à 300m (je suis sûr que ça t'irait à ravir Schlaf!!), avec même les flics et pleins de bénévoles en moto. En bref organisation tiptop. Je vous parle même pas des petites bouteilles d'eau qu'ils distribuaient gratis pendant le parcours pour se rafraîchir. De verdad, muy bien!

Ça y est le coq au micro commence à nous dire adieu, qu'on se porte bien, de faire attention à la descente au départ, que ceux qui n'y arrivent pas devraient descendre en marchant (bigre, quelle descente ça doit être), etc. Chouette on va se casser. Les organisateurs commencent à s'aligner devant nous: chouette ils vont nous ouvrir la voie, on aura la route pour nous tout seuls. Ouuuuaaaaaaiiiis, c'est part.... hein, quoi, ils se prennent par la main !? Mais, kesskifoutent, ces c..s à nous barrer la route?! Elle est où la descente de la mort kitue?! P'tain, merd' je roule dans le sable!!! Aaarrrggh mes roulements 608ZZR carrouf' meeerrrdde! J'ai compris: la descente c'est le trottoir remblayé au sable que j'ai sous les roues et les organisateurs sont en train d'imposer le rythme à la rando. AAAaAargh. God Damned ! Foin de grisante vitesse et descentes endiablées il n'y eu. Seuls une immense tristesse et quelques roulements ensablés. J'aime pas les randos familiales "toujours coca-cola". Seule anecdote: un copain unijambiste a réussi à me doubler lors des 7 km de parcours: normal il courait après le bus ;-)). En bref: superorganisation, contenu rolleristiquement parlant nul. En revenant j'ai compris que c'était en fait l'association de 2 balades La première partie du cortège était formée par les vélos et la seconde par les rollers. Bon point: j'ai récupéré l'adresse du club de roller de Séville et ils m'ont même indiqué où on pouvait faire de la descente.... Ça c'est sympa!!

Amis Lyonnais de RALIER (ou non), profitez bien du Tarmac lyonnais: même s'il est dur il est excellent! C'est pas partout qu'on en trouve du comme ça!

A une prochaine fois pour d'autres aventures sous le soleil des andalouses.

JUANITO
La minute culturelle: comment appelle-t-on un hot dog en español? Un perrito caliente. Si je vous jure (*) prononcer raïleur
--
arrrrrriba españa

haut de la page
retour au compte-rendu