LES DITS DE K-Lain


retour au sommaire général une balade à Lyon Chat butterfly
une vision post-rafrsrique Pati.Net
Pouême pour Soeur Philippa
Prontemps de la Pouézie
Chat sans tartine

******


dimanche 17 octobre 1999 - 23:10
De: Alain K. ( korkos@club-internet.fr )
Titre: Rando de Lyon vendredi 15 : compte rendu



















haut de la page


Des tablettes gravées de marbre mésopotamien nous assurent que le Lyonnais à roulettes remonte à la plus haute Antiquité. Ne mettons pas en doute nos valeureux archéologues en chapeau de cuir (le syndrome Harrison Ford), et rendons-nous sur les lieux pour vérifier la véracité de cette affirmation.

Or donc, la ville de Lyon et Raymond Barre peuvent être fiers : deux randos concurrentes sillonnent la ville et ses environs le vendredi à partir de 21 heures. La première, organisée par l'association International Rollers Riders (http://www.multimania.com/irr/) part du Parc de la Tête d'Or. Elle accepte des randonneurs de tous niveaux. Nous pourrions la comparer à celle de Rollers & Co. La seconde, organisée par Générations Roller (http://www.multimania.com/irr/) démarre place Bellecour. Elle est réservée à des patineurs confirmés qui n'ont pas de cervelle de canut dans les jambes. (La cervelle de canut étant, comme chacun sait, le nom que les Lyonnais donnent au fromage blanc). On pense là à la tête de cortège de la FNF Pari-Roller, ou à certaines randos Vertical-RSI.

Mon physique tout en muscles acérés (ceux qui me connaissent apprécieront !) me commandait de participer à cette équipée sauvage, dont voici le résumé.

Mon "contact" était Martine, trésorière de l'association. Elle arriva, bronchiteuse et pédestre, pour me confier à deux rollermaniques autochtones avant de rejoindre sa couette. Souhaitons-lui un prompt rétablissement. 21 heures. Nous partîmes à 250 pour effectuer une première boucle de 6 km sans pause aucune. Le but de cette mini-rando : écrémer, trier, étêter, éliminer, éradiquer les plus faibles, les mous-du-genou, les impotents, les grabataires. Ce système peut paraître un tantinet ségrégationniste, mais reconnaissons qu'il n'est pas sans intérêt... Ensuite, nous nous sommes lancés dans un long-long-long ride de 25 km. Avec une petite pause de 10 mn au milieu, et 4 ou 5 très brefs arrêts intermédiaires. On voit par là que le rollermaniaque rhodanien, dont la moyenne d'âge tourne autour de 20 ans à l'exception des fondateurs de l'assoc., en a dans les guibolles. D'autant plus que l'agglomération lyonnaise est avare en rues plates : ce ne sont que montées et descentes, à l'exception des quais de la Saône et du Rhône. Il faisait beau, nous sommes sortis de la ville pour emprunter une nationale 4 voies, le rythme était soutenu, les piles de mon Walkman étaient neuves, c'était bien. Sauf que je n'ai pas beaucoup vu mes "chaperons" qui, à la fin de la randonnée, se sont débinés vite fait en me laissant seul dans l'obscurité d'une ville hostile. On voit par là que le Lyonnais est brechtien dans ses rapports avec l'étranger, avec le parigot-tête de veau : il pratique une prudente distanciation que je vérifierai le lendemain dans le cadre de mes activités professionnelles. Sauf que les staffeurs (qu'on appelle là-bas "signaleurs") n'ont pas vraiment compris que leur rôle était de bloquer les rues et prévenir des dangers au lieu de les provoquer. Deux incidents, qui auraient pu très mal finir, émaillèrent la soirée. L'un d'entre eux se déroula sous les yeux des policiers qui fermaient en voiture le cortège, ils en furent très énervés. Espérons que le temps et l'expérience auront raison de ces imperfections dont nul n'est à l'abri !

Si d'aventure je retourne à Lyon, je me joindrai à la randonnée concurrente pour voir de quoi il retourne. Peut-être me parlera-t-on alors de cette troisième rando, sauvage celle-là, qui a lieu à l'issue des deux premières et que les indigènes du cru désignent sous le nom de "raid". Je n'y fus point convié ce soir-là, personne ne m'en a parlé mais je sais qu'elle existe, mes espions sont catégotiques.

Alain K. ou K.Lain, comme vous préférez.

------Statistiques générales (pour Sophie Cl. qui adore)
Nombre de quads : 2 %
Nombre de nanas : 33 %
Niombre de gâteaux faits maison : 0
Nombre de roues perdues : 2
Nombre de gamelles et gaufres : 4 (une chenille en descente)
Nombre d'épaules luxées : 1
Nombre de véhicules coupant la rando : 1 (gros camion énorme et klaxonnant)
Nombre d'automobilistes énervés : 1

------Statistiques perso (pour qui veut)
Total des kilomètres parcourus dans la soirée : 6 + 25 + 8 (aller-retour hôtel) = 39 km.
Nombre d'ampoules à mon pied droit : 0
Nombre de cassettes écoutées : 3
Nombre de demis panachés post-rando : 0
Nombre de déceptions : 1

haut de la page
retour au sommaire général